Coup de Coeur LFA pour Huma


Violence des humains contre le monde, des hommes contre les femmes… Découvrez Huma.
 
Cosme, Camille, Coralie, Daphné, Justine et Manon nous en disent plus sur ce film court qu’elles ont réalisé ensemble dans le cadre de leurs études à l’école Georges Méliès.

 

         Huma est un très court de 30 secondes en animation 2D que nous avons réalisé lors de notre seconde année à l’école Georges Méliès. Nous avions comme thème « L’Homme et la nature ». L’Homme, avec un grand H. Camille, qui est à l’initiative du projet, proposa un tango entre la nature et l’humanité. Ensemble, nous avions alors comme tâche de trouver comment représenter l’une et l’autre parties. Il nous a très vite paru évident que l’humanité serait représentée par un homme et la terre par une femme. En effet, culturellement, l’Histoire, la civilisation ont toujours été associées au genre masculin et la terre, la nature, au genre féminin. En ce sens, nous avons approfondi nos recherches graphiques pour créer nos deux personnages. Nous avions notamment en tête les casques des guerriers de l’Antiquité et les statues de Gaïa. Avec ce parti pris, nous soulevions donc immédiatement la question de la relation entre les deux sexes, commune à toutes les époques de l’Histoire. Cette relation toxique que l’humanité entretient avec la terre dans un désir d’exploitation, de possession et de consommation est malheureusement similaire aux violences et injustices perpétrées par des hommes sur des femmes à petite comme à grande échelle. Le tango, les couleurs et l’évolution des corps nous ont permis de faire comprendre la dualité, la tension et la spirale infernale qui s’exerçaient entre nos deux personnages. Nous avons fait en sorte que notre très court puisse porter ce double message de manière symbolique et poétique tout en alertant sur l’urgence de prendre conscience et d’agir contre ces deux types de violences. En proposant ce film nous souhaitions mettre en avant et dénoncer deux injustices majeures inhérentes à notre culture et à notre société qui nous concernent directement en tant que jeunes femmes et citoyennes.